unventer, le projet

une collecte de faits de langue autour du monde
a six months languages gathering from throughout the world
(see english below)

c’est un inventaire, et l’invention d’un chemin inédit d’une langue à une autre

« unventer » a pour objet de capter et de recueillir des éléments linguistiques de tous ordres (sonores, visuels, informels, etc. ) de manière à constituer un récit intime et extime du monde à travers ses langues et ses expressions

c’est une traversée du monde du Havre à Malte, en passant par le canal de Suez, la Malaisie et l’Indonésie, l’Inde et le Vietnam, l’Australie et la Nouvelle-Calédonie, Valparaiso et Durant (en Oklahoma) pour approcher et apprendre des langues rares (aborigènes, des peuples premiers, amérindiennes, etc.)

le chemin de langues que trace le projet « unventer» se définit selon des logiques superposées, à l’image de la nature même des langues : en mouvement et transformation, utilitaires comme poétiques, intimes/familiales comme nationales/officielles. l’auteur situe «unventer» à la fois dans le mouvement du monde et dans celui propre aux langues

ainsi :

— au départ du tour du monde et à l’arrivée, «unventer» embarque à bord de deux cargos porte-containers. huis-clos linguistiques qui font les itinéraires du commerce international, les cargos sont des lieux de rencontre avec des équipages multilingues (philippins, indonésiens ou d’Europe de l’Est). par ailleurs, le commerce a de tout temps été un vecteur de diffusion des langues et même de création de langues : les marchands de toutes origines, quand ils faisaient affaire sur les foires ou dans les comptoirs, se parlaient dans un sabir fait d’emprunts à chacune de leurs langues

— en passant par l’Inde (Madras et Pondichéry) et le Vietnam (Hanoi), l’auteur revient aux lieux où ont vécu des membres de sa famille sur cinq générations : des premiers à avoir débarqué à Pondichéry à la fin du XIXe siècle à sa mère qui a vécu enfant à Saïgon avant de partir pour le Maroc où l’auteur est né, c’est une saga familiale qui est ainsi revisitée. une histoire familiale dans la saveur des fragments de langues auxquelles l’artiste a été exposé depuis sa naissance

— «unventer» est une refondation symbolique de la glossolalie* : en touchant la terre de tous les continents donc en s’approchant virtuellement de toutes les langues, il réalise de facto ainsi un des axes de la glossolalie de réunir toutes les langues du monde

par la rencontre (avec des locuteurs et avec des spécialistes), par la captation sonore et visuelle, le «projet unventer» construira une épopée multilingue, une forme du divers

 

« glossolalia/unventory » is a 6 months world tour campaign to collect sounds, writings and other facts of languages all over the world. it can be seen as an inventory and in the same time it draws an unheard path from one language to another

such an adventure with people and their languages is informed by a daily updated website : https://fredericdumond.xyz/. day by day, an epic of the world appears, through forms and sounds

« glossolalia/unventory » started at Le Havre (France) by a one month cargo ship travel to Port Klang, Malaysia. it continued in KL and Malaka (Malaysia), then in Jogjakarta (Indonesia), Chennai and Pondicherry (India), Hanoi and the northern Vietnam mountains
now in Melbourne, to collect language informations about the 38 languages known in the state of Victoria, and then in Noumea and Lifou (New Caledonia), Valparaiso (Chile), Querétaro (Mexico) and the last call will be in the island of Malta, before going back to france

this unheard path of languages is a neverending travel through the nature of all languages, as part and roots of the culture of each individual. language is political and critical, and make the languages of the minorities live is one of the purpose of this project

«glossolalie/unventory» is a movement and a quest, a step by step story which tells family and general stories, thoughts and feelings, whose aim is to tell the world in the language of those who live in it

to start and end this world tour : two cargo ships travels. cargo ships are linguistic closed doors, where mariners language lives next to officers one. it’s a technical and trade world, and the trade has always been a way to create new languages, or to make languages in contact. to start the quest in this way is highly symbolic, it’s to work inside the spirit of the world, where trade had always been at the crossroads between humans

every call/stopover is also a symbol : from one linguistic area to another, «glossolalia/unventory» gathers all the languages, to celebrate the diversity of humankind

 

 

«unventer» est soutenu par/ « unventory » is supported by

aide à la création de la région Languedoc-Roussillon Occitanie, Montpellier
Fondation nationale des Arts Graphiques et Plastiques (FNAGP), Paris

le projet glossolalie/unventer a été sélectionné par la commission mécénat de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques qui lui a apporté son soutien

 

drac

Impression

 

AF_Logo_Quer®taro

20 anos UAQ

ifp-logo

af pondichery

AF-melbourne