glossolalie

glossolalie, du grec γλω̃σσα, « langue », et λαλια,́ « bavardage, babil », c’est le parler en langues

le projet « glossolalie », de manière absolument inédite, a pour objet de créer des représentations linguistiques du monde

en utilisant l’ensemble des 7000 langues du monde à la fois comme medium et comme objet de travail, « glossolalie » questionne la nature même de la langue, comme chemin de sens et rapport au monde

le projet construit une épopée poétique et plastique via un archipel de formes (performance, installation, dessins, sérigraphies, livres, rencontres, application Apple) qui chacune représente de manière à la fois sensible et sémiotique quelque chose de la nature du langage

les formes s’inventent langue après langue, à partir d’un récit-noyau qui se construit dans le passage d’une langue à une autre, en créant un espace d’écriture qui est un seuil : celui où se rejoignent la nature propre de chaque langue et celle, de naissance et intime, de l’auteur au moment où il écrit

« glossolalie» opère par déplacements : déplacer la question du sens dans l’émotion. déplacer la question de l’écriture dans d’autres langues, déplacer les langues hors de leur territoire

opérations qui approchent le mystère du langage — cet ensemble de sons, de formes, de vibrations qui véhiculent du sens

en permanente reconfiguration, l’épopée — commencée en 2011 —  est à ce jour (août 2017) constituée de 65 fragments en 64 langues (gaulois, croate, ingush, batsbi, obdorsk khanty, burushaski, bambara, navajo, lingala, bulu, nahuatl, arménien, hongrois, agni indénié, manadonais, wolof, japonais, burushaski, carijona, mitchif, arawak, purepucha, tedim, bijogo de Bubaque, oudmourte, tchétchène, shor, indo-européen, tahitien, kwakum, achuar, ombrien, cia-cia, amarakaeri, aceh, manjak, tagalog, estonien, tzeltal, bandjalang, vakh khanty, mansi du nord, ket, nengee, chakhar, qikiktaaluq du sud, dogon de sanga (années 30), mahorais, aishihik, acholi, vili, akan, zuanga, khowar, tcherkesse, karakalpak, talian, turc, sami, islandais, shqip (albanais), géorgien, frison…)

il n’y a pas de priorité à entrer dans telle langue plutôt que dans telle autre : le choix des langues se fait en fonction des rencontres, des projets de résidence, des recherches, des navigations dans les donneées : et il n’y pas de raison de se limiter aux langues vivantes, d’où le travail en gaulois, par exemple, ou dans la langue d’étude qu’est l’indo-européen

le projet « glossolalie» dans son ensemble a reçu le label « cultiver les langues » de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (dglflf) du ministère de la Culture et de la Communication

 

archipel

anti-idiome
app. Apple
peut-être quelque chose
performance
dessins

anti-idiome

anti idiome détail 1

anti idiome détail 2

anti idiome détail 3

anti-idiome, détails, 2014, installation in situ, la V.R.A.C., Millau

 

app

glossolalie f dumond (1)

glossolalie f dumond (2)

glossolalie f dumond (4)

glossolalie f dumond (3)